Il y a chez Mompou une tendance à l'effacement; l'effacement de l'homme derrière sa musique "je ne suis qu'une musique,
la moins composée du monde" disait-il. On pense à ces rares images du compositeur derrière son piano, au corps droit
et au visage impassible, si peu expressif mais au jeu si intense. C'est aussi l'effacement de tout ce qui pourrait
nuire à la spontanéité et l'intelligibilité de ce qui veut être joué: la suppression des barres de mesures, le souci
de mélodie simple et épurée, le choix de la résonnance plutôt que la profusion de notes, le sens inné du silence et
de la phrase suspendue, rarement résolue.

Comme suspension du temps, le silence de la photographie paraissait naturel pour évoquer le compositeur de la musica callada, 
la musique "qui se tait", si dépouillée qu'elle nous emmène vers un ailleurs indicible: l'ailleurs de la mémoire et du souvenir
enfoui, des fêtes lointaines, des paradis perdus de l'enfance, l'ailleurs des mystérieuses couleurs harmoniques, des dissonances
"métalliques" et des accords profonds.

Faire dialoguer Mompou avec les images d'une Barcelone contemporaine, au tourisme perpétuel, au front de mer méconnaissable
et aux quartiers engloutis par les grands travaux des années quatre-vingt-dix, retrouver comme des trésors au beau milieu de
la ville transformée, les rues familières du compositeur, les lieux d'errances, les jardins de l'enfance, un appartement,
quelques infimes manuscrits, faire entrer en résonnance ces images là avec les propres mots du compositeur, non pas pour
tenter de résoudre l'énigme d'une musique insondable mais pour rendre hommage à la justesse, à une essentielle simplicité
si difficile à atteindre. Tel était l'objet de ces quatre jours passés dans la ville catalane.





Musica callada





                                                                                                     


         

              
                                 
                           
               

                                           
                                          Il faut toujours de l'intensité

  








Je suis né de l'impressionisme, mais ma tendance a été de m'en évader le plus tôt possible en fuyant cette
atmosphère de brouillard; ici comme méditerranéen on ne peut pas faire autrement                      








                     





J'ai ressenti une grande peur de pénétrer dans la vie. Je me sentais incapable de lutter pour mon existence







                                            Ou aimeriez vous vivre?
                                     
                                       dans la solitude des grandes villes












                                              Etat d'esprit du moment?

                               sensible au souvenir de toutes les images de mon passé







                                                Fa# Do - Mib Lab Ré



 


 Un jour j'ai trouvé sous mes doigts cet accord qui m'a donné une ambiance métallique. C'est peut être le souvenir
 de mon enfance lorsque j'allais jouer à l'usine de mon grand père ici à Barcelone, c'était une fonderie de cloches,
 mais aussi celui de mes promenades le long du littoral près des usines et du port


                                         
                                         Cet accord c’est toute ma musique
                                       










                   
                    Je ne peux pas penser la musique, je suis un musicien dominé par l‘intuition




                                                           

                                                             Il m'est arrivé de rêver une musique

                                       

C’était une musique merveilleuse qu’on ne peut pas saisir.
                                                     
                                       
Je suivais un sentier couvert d’oliviers    je longeais un grand mur 
                                                                 
                                                                  je voyais un jardin et je sentais venir l’aventure










               
 
              

               Je suis un homme de peu de mots et de très peu de notes

           

                                
                                                         Je ne cherche qu’à découvrir de la musique







                           





                               Mon esthétique se résume en un seul mot: recommencer   






                             
                                 
                                  Un maximum d'expression avec un minimum de moyen 




                                             


                                                 Musique rupestre







Si j'avais beaucoup d'années devant moi, peut-être arriverais-je à me servir de tous les timbres nouveaux,                              
de toutes les résonnances et sonorités nouvelles







Jamais je n'ai pu jouer en public, ma musique a réussi malgré tout ce que j'ai fait contre elle





              Cette musique est renoncement. Renoncement au progrès et à la perfection dans l’art,
                       car dans cette escalade il est parfois nécessaire de se reposer




       
       
 
                     



   
   La musique ne devrait avoir aucune forme précise mais une unité dont on ne connaitrait ni l'origine ni la fin





 

                            
                               
                               La musique devient muette,



                                                         la solitude se fait musique
             

           
               
                                           




                                         









                 



               

             Je ne suis pas un compositeur,

                                           
                                          je ne suis qu'une musique, et sûrement la moins composée du monde

                                        

                                 
           




                   
             

                             
Mark